Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Le management en Afrique à l’ère de la résilience

TRIBUNE PAR DIDIER ACOUETEY, PRÉSIDENT DU CABINET DE RECRUTEMENT AFRICSEARCH

Deux années de crise sanitaire auront obligé les entreprises au niveau mondial à se réinventer plus vite qu’elles n’auraient pu l’imaginer. L’Afrique n’a pas échappé à cette dynamique et se sera montrée particulièrement résistante, en dépit des scénarii du pire qui étaient prophétisés. De Johannesbourg en passant par Nairobi, Casablanca, Abidjan ou Douala, les dirigeants d’entreprise africains ont démontré une résilience remarquable, malgré la faiblesse des mesures de soutien public.

Deux années de crise sanitaire auront obligé les entreprises au niveau mondial à se réinventer plus vite qu’elles n’auraient pu l’imaginer. L’Afrique n’a pas échappé à cette dynamique et se sera montrée particulièrement résistante, en dépit des scénarii du pire qui étaient prophétisés. De Johannesbourg en passant par Nairobi, Casablanca, Abidjan ou Douala, les dirigeants d’entreprise africains ont démontré une résilience remarquable, malgré la faiblesse des mesures de soutien public.

De ce point de vue, les exemples ont pullulé sur le continent, à travers nombre d’histoires édifiantes. Pour ne citer que quelques-unes d’entre elles, on se souviendra en particulier des entreprises qui ont adapté et affecté leurs outils de production aux urgences du moment en se reconvertissant à la production de respirateurs artificiels et de masques en Afrique du Sud ou au Maroc ; celles qui ont saisi l’opportunité de la crise pour renforcer leur production localement au détriment des importations comme les entreprises kényanes, qui ont relancé le secteur de la pêche en réduisant drastiquement les importations de poisson congelé de Chine, qui représentaient chaque année plus de 20 millions de dollars ; ou celles qui ont diversifié leurs activités, comme cette PME de production de noix de cajou en Guinée-Bissau, désespérée de ne pas vendre ses noix d’anacarde, et qui a décidé de les piler pour en faire une boisson consommée localement. Et pour finir, toutes ces entreprises qui ont accéléré leur digitalisation en réinventant leur modèle économique, comme celles qui sont dans le secteur de la restauration ou de la mode.


De fait, la crise aura révélé de nouveaux héros, très peu célébrés dans les ouvrages consacrés aux théories du management. Les chefs d’entreprise en Afrique ont ainsi démontré leur adaptabilité, leur esprit d’innovation, leur sens entrepreneurial, leur capacité à puiser dans leur potentiel, afin de résister à un environnement économique souvent changeant, parfois chaotique, offrant une faible visibilité sur le futur. Cette crise constitue peut-être l’occasion d’instaurer durablement une culture de la résilience dans les entreprises africaines, dont le rôle est stratégique dans le processus de transformation économique et sociale du continent.

Pour ce faire, quatre leviers pourraient en constituer le fondement. Le premier est la nécessité de définir une vision commune et des valeurs partagées avec l’ensemble des collaborateurs, en prenant bien soin de repréciser la mission de l’entreprise. Le second est la création d’une dynamique d’action permettant de mobiliser les collaborateurs afin d’atteindre les ambitions de développement de l’entreprise. Cette dynamique doit donner la place aux initiatives hardies et à la prise de risque, qui produit parfois des performances inattendues. Le troisième levier, essentiel, est celui du capital humain. Il est en effet impératif de renforcer continuellement les compétences et les talents des collaborateurs dans un environne-ment en perpétuelle mutation. Ces talents sont la clé de transformation des organisations. Enfin, tout cela ne peut conduire vers le succès que si les dirigeants mettent au cœur de leurs priorités le bien-être des collaborateurs et une forme de bienveillance dans un contexte social difficile.


Ce management de la bienveillance permet de ramener l’humain
au cœur de la gestion des relations professionnelles. Ces leviers,
loin d’être les seuls, peuvent donner à l’organisation le socle nécessaire pour construire sa croissance dans la durée et ainsi consolider sa résilience.

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Offre découverte exceptionnelle et limitée

Notre numéro de mai 2022 en version numérique 100% gratuite

L'offre expire dans